Carrot Cake de l’Avent

Je vous propose la version light (sans trop de crème) de ce Carrot Cake déjà réalisé en 2018. Concocté cette fois-ci à l’occasion du « goûter couronne » entre amis de ce deuxième dimanche de l’Avent. Il n’a pas l’air comme cela, mais il est super moelleux !

300 gr de farine

150 gr de cassonade (-100 gr par rapport à la recette originale)

2 cuillères à café de bicarbonate de sodium

1 cuillère à café de cannelle moulue

1 pincée de sel

1 cuillère à café de 4 épices 

Une douzaine de noix hachées et quelques unes pour le décor

300 g de carottes râpées

300 gr de compote sans sucre.

15 cl d’huile de tournesol

100 g de beurre fondu

3 oeufs

300 g de cream cheese (type Philadelphia)

50 g de sucre glace

1/2 jus de citron

Epluchez et faites cuire les pommes en compote.

Préchauffez le four à 180°.

Mélangez dans un bol, la farine, le sucre, le bicarbonate, la cannelle, le sel et les 4 épices.

Dans un autre saladier, fouettez l’huile, le beurre fondu et les oeufs. Versez dans la préparation précédente. Mélangez bien. 

Ajoutez les noix épluchées et concassées, les carottes râpées, la compote de pommes. Mélangez bien puis versez dans un moule rond, étroit et haut. Enfournez 50 min.

Préparez le glaçage : mélangez au robot (au fouet comme pour une chantilly) le cream cheese avec le sucre glace et le demi jus de citron.

Montage : une fois cuit, laissez refroidir votre gâteau, démoulez et coupez le gâteau en 2 couches égales. Badigeonnez-les de glaçage puis assemblez-les. Répartir du glaçage au-dessus et tout autour du gâteau (c’est la partie la plus difficile…). Mettez au moins 2 heures au frigo et dégustez…

Dans la recette originale, il y a de la noix de coco râpée dans la pâte et sur le glaçage. Je n’en ai pas mis volontairement… mais on peut en rajouter 40 gr.

Un super gâteau d’automne inspirée par une recette du livre La cuisine américaine familiale & authentique de Cathleen Clarity.

La version 2018, beaucoup plus riche en crème…

Octobre

Difficile de ne pas vous parler d’Octobre de Soren Sveistrup en ce dernier jour d’octobre car il y a bien longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon polar, bien écrit, bien construit par l’auteur de la série danoise Forbrydelsen (The Killing version danoise). Un excellent moment…

En octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d’une femme. À côté du corps, un petit bonhomme en marrons et allumettes. Chargés de l’enquête, l’inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine porte de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte.
Lorsqu’une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer…

La série éponyme (Kastanjemanden en danois) sortie récemment est efficace et très fidèle au roman.

En photos bonus, ces quelques fleurs de saison en ce weekend de Toussaint.

Tarte rustique d’automne

Pour la pâte : 250 gr de farine T65 – 1 oeuf – 80 gr de beurre pointe de sel – Un peu d’eau tiède.

  • 400 gr de courge cuite et réduite en purée (environ 1/2 butternut).
  • 75 gr de cassonade.
  • 1/2 c à café de cannelle en poudre (en option).
  • 125 gr de noix de pécan décortiquées.
  • 1 oeuf.
  • Un filet de sirop d’érable ou à défaut du miel liquide.
  • Une bonne poignée de cranberries et c’est tout…
  • Mélangez la purée de courge avec la cassonade, l’oeuf et la cannelle en poudre.
  • Etalez la pâte dans un moule à tarte.
  • Répartir la purée dans le fond.
  • Posez dessus les noix de pécan et les cranberries.
  • Versez un filet de sirop d’érable sur la tarte et enfournez 35 mn à 190°.
  • Laissez tiédir et déguster avec un bon thé chaud aux épices. 

Autour du Castel Saint-Denis

Entre Ornans et Cléron, nous partons à la recherche des belles couleurs de l’automne autour du Château de Saint-Denis dont les ruines sont en pleine rénovation.

Au lieu dit La Facle, le sentier emprunte une faille étroite dans la roche qui nous permet de passer sous la falaise.

Retour par les prés…

Le fusain d’Europe appelé aussi Le bonnet de prêtre ou Le chapeau de curé.

Le miroir de Scey à Scey-Maisières.

Départ du pont sur la Loue à Maisières Notre-Dame. Comptez 2h30 de marche pour 8 km et 200 m de dénivelé.