Epiphanie

Comme chaque année, je ne déroge pas à la tradition de vous présenter une « Adoration des Mages », un de mes thèmes favoris en peinture.

Celle-ci est issue des collections permanentes du Musée Unterlinden de Colmar en Alsace. Elle a été peinte vers 1500 d’après une gravure de Martin Schongauer.

Dans la forêt vosgienne

Le vallon du Nideck est caractéristique des paysages du massif des Vosges du Nord. La forêt de Haslach, profonde et dense, s’étend à l’infini parsemée de quelques ruines. Un paysage « romantique » dans le sens premier du terme.

Le château dont il ne reste qu’une tour et un donjon et la cascade du Nideck. Comptez 1h30 AR du parking de la maison forestière.

Digitale pourpre et Balsamine de l’Himalaya, une plante invasive très répandue dans les Vosges.

Vitraux du XVe siècle et veilleur endormi de l’église de Niederhaslach.

De l’autre côté du col du Donon, on arrive en Moselle. Au village de Saint-Quirin, le dépaysement est total avec cette église à bulbes.

La terrasse de notre gîte au bord de la rivière.

Les jardins du Nideck, hôtel, gîtes et spa (sauna et bain norvégien). Le temps est idéal pour en profiter.

59 rue du Nideck Lieu-dit « Hohenstein » 67280 Oberhaslach

Autour du Mont-Sainte-Odile

Sur la route de Nancy, nous avons donc fait un petit détour par l’Alsace dans la région du Mont-Sainte-Odile à l’Ouest de Strasbourg.

Sainte-Odile est partout… et son Mont domine les vignobles et la plaine d’Alsace jusqu’à la forêt noire. C’est un point de départ de nombreuses randonnées, mais surtout un lieu de pèlerinage très prisé.

Le temps n’est pas de la partie. Nous sommes le 19 août mais on se croirait en automne. On échappe tout de même à la pluie.

Le chemin de croix monumental, dont les stations sont accrochées aux falaises de grès rose en contrebas du monastère, a été réalisé par le céramiste Elchinger en 1935. Cela vaut le coup d’en faire le tour (environ 30 mn).

Selon la légende, au VIIe siècle, Sainte Odile, née aveugle est rejetée par son père le duc Etichon. Elevée par sa nourrice, elle recouvre la vue le jour de son baptême et décide de se consacrer à la religion. Ayant des remords, son père lui offre le site de son château, l’actuel Mont-Sainte-Odile.

Plus bas sur les premiers coteaux, les vignes vers Heiligenstein.

Sainte Richarde et son ours à Andlau, le village des maisons colorées et de guingois, célèbre surtout pour son vin de Riesling.

Et pour finir, étape obligée à La Maison du Pain d’épices à Gertwiller.

Les trésors de Rosheim

Située au milieu des vignes sur une des routes du Mont-Sainte-Odile, Rosheim est indéniablement notre coup de coeur de ce petit séjour alsacien. Loin du tumulte touristique de sa célèbre voisine Obernai, cette petite ville se distingue par sa tranquillité et son patrimoine.

Son église romane renferme de nombreux trésors (chapiteaux sculptés de visages du XIIe siècle). Nous avons eu la chance d’y faire une visite guidée en solo.

A l’occasion du 23e Chemin d’art sacré en Alsace, Tania Gertz expose ses oeuvres sur les feuillages et la lumière. Le lieu s’y prête…

« L’oeil cherche la lumière, l’oeil cherche le regard, l’oeil cherche la vérité. » Tania Gertz

Fenêtre de la maison des Païens.

Avec ce puits à chaîne et ces géraniums, on retrouve l’Alsace traditionnelle.

Les trois portes de la rue principale.

Tout près de Rosheim, à Molsheim, admirez le beffroi de la maison Metzig (siège de la corporation des bouchers de la Renaissance) et les façades à pignons et volutes.