Gâteau à la rhubarbe du jardin

Un gâteau rustique mais fondant pour ce dimanche de retour d’escapade… La rhubarbe a poussé et cette recette est l’occasion de l’utiliser.

250 gr de tiges de rhubarbe – 1 pomme (facultatif) – Le jus d’un citron – 100 gr de beurre (pointe de sel) – 5 cl de lait d’amande – 2 oeufs – 100 gr de sucre – 125 gr d’amandes en poudre – 100 gr de farine – 1 sachet de levure – 1 sachet de sucre vanillé.

Epluchez et coupez la rhubarbe en tronçons – Arrosez-les d’un jus de citron – Dans une casserole, faites fondre le beurre avec le lait d’amande – Mélangez les oeufs et le sucre jusqu’à obtention d’une préparation mousseuse – Ajoutez la poudre d’amande et le beurre fondu – Puis la farine et la levure – Ajoutez la pomme coupée en fins morceaux – Beurrez et farinez un moule à bords hauts – Versez la préparation puis déposez dessus les tronçons de rhubarbe – Saupoudrez de sucre vanillé – Faites cuire au four 50 mn à 180° – Démoulez et servez tiède ou froid.

Au théâtre… hier soir

C’est reparti sur des chapeaux de roues ! L’association du quartier des Tilleroyes avait invité hier soir la troupe des Zéclairés pour leur 10e représentation du Malade Imaginaire de Molière. Un très chouette moment de rire et de convivialité !

Le Malade Imaginaire de Molière, troupe des Zéclairés du ThéatreEnvie de Besançon, prochaine représentation le dimanche 3 juillet au Kursaal de Besançon à 14h30 dans le cadre des 4e Rencontres de Théâtre Amateur, 5 euros/personne.

Dentelle de pierre

Ce samedi, sortie printanière (ou plutôt hivernale vues les températures) et culturelle au monastère royal de Brou avec l’association de notre quartier. Un monastère qui n’en est pas un, mais plutôt un mausolée commandé par amour par Marguerite d’Autriche pour son défunt mari Philibert le Beau. En 1504, veuve à 24 ans, puis régente des Pays-Bas, Marguerite mis toute son énergie (et son argent) dans la construction de ces trois magnifiques tombeaux en pierre ciselée. Que ne ferait-on pas par amour ?

L’abbatiale abrite derrière son jubé trois tombeaux : celui de Philibert le Beau, celui de sa mère Marguerite de Bourbon et celui de Marguerite d’Autriche.

Marguerite fit appel aux plus grands artistes italiens et flamands de l’époque pour réaliser ce chef d’oeuvre du gothique flamboyant où l’art de la Renaissance pointe déjà le bout de son nez…

Les moines augustins n’étaient présents que pour veiller sur les tombeaux des princes.

Nous avons eu la chance d’entendre une chorale en répétition dans l’église.

Le monastère abrite aussi un musée aux riches oeuvres… Ce sera pour une autre fois, certainement à l’occasion des expositions estivales.

Le Monastère Royal de Brou se trouve à Bourg-en-Bresse dans l’Ain.

Début de printemps

Un début de printemps ensoleillé avec quelques balades sous le ciel bleu et quelques premières fleurs en forêt et au jardin.

La vue sur Scey en Varay depuis le rocher de Colonne.

La chapelle du Croc bien décrépie en rénovation.

Dans les steppes franc-comtoises…

Le village de Fondremand en Haute-Saône, son château et son lavoir.

Une belle saison en Franche Comté.

Le 1802, toujours une valeur sûre

En ville pour la braderie, on s’est offert avec Anne une pause gourmande à la Brasserie du 1802 et c’est toujours très bien…

Mon coup de coeur ce fut l’entrée : Salade tiède de betteraves cuites en croûte de sel, mousse raifort, oeuf mollet.

Filet de canard, miel et épices, jus au xérès, navets et kumquats confits.

Pavlova aux fruits exotiques.

Le dessert choisi par Anne : Cheese Cake au citron sur biscuit aux pistaches.

Brasserie Le 1802, Place Granvelle, 25000 Besançon, 03 81 82 21 97.